LE cabinet de transactions de pharmacies Leader en France

Notre métier, experts en transaction d’officines de pharmacie

Le métier de la transaction d’officines de pharmacie a considérablement changé au cours des dernières décennies. De simple « entremetteur », le cabinet de transaction est devenu un expert en transactions de pharmacies. Au delà de présenter des acheteurs solvables et d’encadrer les démarches administratives et bancaires (levée de fonds), il analyse les ratios économiques (marge / EBE), le business plan, les capitaux restants après fiscalité, l’environnement commercial et médical…

Cabinet transactions pharmacies leaderDans la vidéo ci après nous aborderons les points suivants
1. Quelles sont les attentes des pharmaciens ?
2. La cession de parts
3. Expertise et étude de la rentabilité
4. Outils d’audits et de rentabilité d’une officine de pharmacie
5. Une couverture nationale de nos agents
6. Nouvelles opportunités pour l’acquisition d’officines de pharmacie en 2016

Pharmathèque, qu’est-ce que c’est ?

Jean Luc Guérin : « Pharmathèque est une société de transactions d’officines de pharmacies qui a été créé il y a environ 30 ans. Elle est devenue au fil des ans, leader national sur ce segment d’activité.

Nous nous occupons donc de mettre en relation des pharmaciens qui veulent céder leur officine avec des pharmaciens qui veulent acheter et nous faisons de l‘accompagnement juridique, commercial et financier de manière à ce que leur projet se réalise dans les meilleures conditions.

J’ai moi-même été pharmacien pendant une dizaine d’années et j’ai compris lorsque j’ai voulu vendre ma pharmacie pour changer de région de l’importance de professionnels pour pouvoir m’accompagner dans cette démarche. »

Donald Mongay : « Les pharmaciens qui souhaitent céder leur outil de travail nous contactent afin que nous leur présentions des acheteurs motivés et solvables et que nous encadrions toutes les étapes de la transaction, notamment les démarches bancaires et les démarches administratives.

Les acheteurs qui nous contactent attendent de nous, qu’on leur présente des pharmacies à la vente dont nous avons analysé les ratios économiques, l’environnement commercial, médical qui correspondent à leur attente pour des acquisitions en totalité ou en association.

Quelles sont les attentes des pharmaciens dans la transaction ?

Le pharmacien est quelqu’un qui est relativement sédentaire. Il va muter deux fois, peut-être trois fois dans sa carrière et donc chaque mutation s’accompagne d’attentes sous jacentes en terme de qualité de vie, en terme de logement ; en terme de loisirs. Les pharmaciens ont généralement des plans de carrière. Ils souhaitent changer soit de taille d’officine, soit de localisation géographique.

Ainsi il nous arrive d’installer des pharmaciens de métropole sur les départements d’Outre-Mer, d’installer des pharmaciens qui veulent passer d’une pharmacie rurale à une pharmacie urbaine ou au contraire à une pharmacie balnéaire et nous les accompagnons dans toutes ces étapes.

Nous sommes intervenus récemment dans une cession d’officine dans laquelle la pharmacienne avait fait toute sa carrière dans les Pyrénées-Atlantiques et souhaitait maintenant changer de région. Nous avons vendu son officine et nous l’avons réinstallé en Martinique dans une pharmacie d’une taille beaucoup plus importante.

La cession de parts d’une officine de pharmacie

Deux associés se mésentendant n’arrivaient pas à s’accorder sur la sortie de l’un ou de l’autre. Nous sommes intervenus pour les conseiller et avons pu permettre à un des associés de racheter les parts de l’associé sortant et à l’associé sortant de se réinstaller. Nous l’avons installé d’ailleurs dans la région PACA près de Nice et les deux sont tout à fait satisfaits de nos services.

Au-delà de l’aspect professionnel, chaque dossier est sous-tendu par des problèmes d’ordre humains et familiaux : la scolarité des enfants, le logement, la proximité des loisirs.

Expertise et étude de la rentabilité d’une officine de pharmacie

Comment votre entreprise s’est-elle développée ?

Dans les années 2 000, la rentabilité de la pharmacie s’est détériorée et il a fallu analyser beaucoup plus finement l’ensemble des ratios économiques, juridiques et fiscaux de chaque projet avant d’envisager une installation.

Nous avons mis pour cela des outils en place et avons formé tout notre réseau commercial. Cela nous a permis de nous démarquer de la concurrence qui travaillait encore à l’ancienne, comme des agents immobiliers traditionnels et non pas comme des experts juridiques financiers et pharmaceutiques

Outils d’audits et de rentabilité d’une officine de pharmacie

Par quels moyens ?

Nous avons mis en place des outils d’audits commerciaux, financiers, juridiques pour pouvoir appréhender au plus près ces difficultés. Nous avons conçu des logiciels informatiques, nous avons formé nos commerciaux à cela et nous nous sommes ainsi démarqués de la concurrence.

Ces logiciels, que font-ils ?

Différents types de logiciels ont été en place afin de répondre à chaque interrogation des pharmaciens au niveau de la cession :

·         des logiciels d’étude de marge

·         des logiciels de business plan

·         des logiciels d’études de capitaux restants après fiscalité

Nous nous sommes notamment occupés d’un pharmacien sur la Côte Basque qui avait des difficultés à vendre sa pharmacie en raison de la marge commerciale très basse et inexpliquée. Nous avons analysé cette marge en reprenant ses achats et ses ventes, nous avons réussi à convaincre un repreneur que par une meilleure gestion des achats, il pourrait fortement améliorer la rentabilité de cette pharmacie et pérenniser son plan de financement. Il nous a fait confiance et a aujourd’hui effectivement fortement développé cette pharmacie et a grandement amélioré sa rentabilité.

Une couverture nationale de la transaction d’officines de pharmacie.

Et en ce qui concerne l’étendue géographique de Pharmathèque ?

Dans les années 2 000, nous avons senti la nécessité de nous développer sur tout le territoire français sachant qu’à la base, nous étions un gros cabinet régional.

Nous avons compris qu’il fallait avoir un maillage sur toute la France ainsi que sur le territoire d’Outre-Mer. A cet effet, nous avons doublé notre équipe de commerciaux. Aujourd’hui, nous sommes une vingtaine de commerciaux, trois associés, et nous sommes soutenus par un staff administratif de 6 personnes.

Ce développement nous a permis de devenir Leader National de la transaction de pharmacies depuis environ une dizaine d’années. Nous réalisons une centaine d’installations par an environ, dont 25 % sur les DOM-TOM.

Nous avons en permanence environ 500 pharmacies à la vente et un portefeuille de 1 500 acheteurs référencés.

 

Nouvelles opportunités pour l’acquisition d’officines de pharmacie en 2016 / 2017

Quelles sont les perspectives d’avenir ?

Au vu de la démographie des pharmaciens installés, nous prévoyons un grand nombre de départ à la retraite dans les dix prochaines années.

Il y a un effet de papy boom dans la profession et une baisse des prix s’est manifesté depuis quelques années permettant ainsi à de nombreux jeunes pharmaciens de pouvoir accéder à la propriété.

Nous pensons donc que dans les prochaines années, le nombre de transactions va s’accélérer, le marché va être beaucoup plus fluide.

Lorsque nous avons choisi le nom de Pharmatheque, nous souhaitions évoquer l’idée d’une bibliothèque c’est-à-dire d’un catalogue attractif de pharmacies que nous pouvions présenter à nos acquéreurs.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *